BARI - Bilan

romain's picture

BILAN SPORTIF by Eryl Adams & Sophie Alderweireldt

Belgian National Team - Women

We had an intense training session a few weeks before the competition, with lots of  help from the Brussels' clubs and a few experienced outsiders.

It went very well and highlighted a few of our teams strengths and weaknesses and those of our individuals.

The side is made up of quite a range of playing experience, with some people counting this in months!

This would naturally affect our hopes for the competition, with not many Women teams entering, and one of them being France - one of the top teams in the world.

The weather in Italy was wonderful, and the place where we stayed, incredible!- right in the oldest part of the town. The church was our neighbour so we had no problems getting up in the morning!

We hoped we could win against Spain, but our first practice match against them, showed this would be a very big hill to climb.

We practiced skills and different aspects of the game outside of the matches, which went very well, helping build confidence in each other's building strengths and gelling the team together.

As the week progressed we became better compared to the other teams, and this was reflected on the scoreboard. We started to reduce the scores against us and get a few goals ourselves, - which was a massive lift for the team.

As we expected, France was a step above the rest, and with nothing to loose somehow we held them out for ages in one of the games, which was wonderful. Everyone enjoyed playing against, their almost clinical, game.

During the week our greatest improvements were in:
- Individual skill
- support on the bottom
- wall play
- and aggression

The last match was always going to be the most important and we put everything we'd learnt into a fight for the Bronze medal.

It was certainly end to end stuff. If a couple of things had gone our way it would have been extremely close. The game ended at 6-3 for the Spanish. Our best result by far, and instead of being disappointed and upset, everyone came out of the water exhilarate by the game.

They will be watching for us next time :-)

Eryl Adams

 

Adversaires 

La compétition féminine a débuté le mardi 31 juillet. Un double round-robin a été mis en place en accord avec la CMAS et les représentants des équipes participantes.

France:

L’équipe de France est multiple championne d’Europe et médaillée mondiale. Le gouffre qui sépare la France des autres nations du Hockey SubAquatique est abyssal et le score sans appel que les françaises ont infligé aux autres équipes tout au long de la compétition en témoigne. En finale, les françaises se sont imposées sur le score sans appel de 14-0 contre l’équipe turque qui ne peut que subir cette déferlante bleu et blanche.

Une maigre consolation sera peut-être de se dire que les filles belges seront parvenues contrarier les désirs de certains représentants de la fédération française qui voulaient voir leurs filles s’imposer par 20 goals d’écarts sur toutes les autres équipes.

Quoiqu'il en soit l’équipe a profité au maximum de tous ces matches contre la France pour se faire plaisir et apprendre au contact de ces fantastiques joueuses. De manière générale, même si ces match se sont soldés sur des scores très secs, l’équipe a pris énormément de plaisir à se confronter à cette exceptionnelle équipe de France. Nul doute que les joueuses belges se souviendront longtemps de ces belles rencontres. 


Turquie:

Les joueuses turques étaient parmi les plus expérimentées et plus aguerries de cette compétition. Depuis Calgary elles n’ont pas manqué un rendez-vous international, ce qui a sans nul doute contribué à leur constante progression.

Cette année, la fédération turque avait décidé de marquer les Jeux de la CMAS dans toutes les disciplines (rugby, nage avec palmes, apnée, etc.). La Turquie était probablement la nation la mieux représentée durant cette compétition. Les turcs n’ont pas lésiné sur les moyens et ont mis à disposition de leur équipe féminine une structure d’entraînement que l’on peut qualifier de professionnelle.

En effet, celles-ci n’ont pas hésité convoquer le capitaine néozélandais double champion du monde,Liam Watson, à leur secours. Liam Watson s’est donc installé en Turquie aux frais de la fédération turque et ces mois de coaching intensifs des équipes masculines et féminines ont visiblement porté leurs fruits. Même si le premier match s'est clôturé par un 9-2 à l’avantage des turques, les filles belges sont fières d’avoir réussi à marquer d’entrée de jeu contre une équipe de ce niveau.


Espagne : 

L’équipe espagnole est relativement stable depuis maintenant bientôt 3 ans. Les espagnoles ont fait de très beaux résultats lors des derniers Championnats d’Europe à Marseille ainsi que lors des Championnats du Monde à Sheffield. En comparaison, l’expérience des joueuses belges est toute relative.

Depuis 2006, les filles espagnoles sont coachées par notre amie Maria Colado (joueuse hollandaise de Dordrecht), elles ont depuis lors bien progressé comme les joueuses belges l'ont constaté lorsqu'elles ont reçu les espagnoles à Bruxelles le 19 mai 2007 dans le cadre du programme de préparation aux Jeux de Bari mis en place par la fédération espagnoles. A n’en pas douter, le grand écart qui sépare l’équipe belge de l’équipe d’Espagne ne pourra que diminuer dans les années à venir.

L’équipe de Belgique a rencontré l’équipe d’Espagne pour son premier match à ce niveau de compétition. L’équipe belge est parvenue a marquer ses premiers goals de la compétition mais sans surprise, l’Espagne s’est imposé fort logiquement sur le score de 10-2.

Tout au long de la compétition le niveau de l'équipe belge s'est rapproché du niveau des espagnoles jusqu'à la petite finale où les deux équipes se sont retrouvées.

La première mi-temps de cette petite finale à clairement tourné à l'avantage des espagnoles qui sont parvenues à marquer 4 goals contre 1 seul pour les belges. A l’issu de ce premier quart d’heure de jeu, les filles belges ne se sont pas découragées et la seconde mi-temps tourna en faveur de l’équipe belge qui reviendra rapidement au score en marquant 2 buts consécutifs. À 4-3, l’ambiance était à son comble autour du bassin, les supporters espagnols, belges (et slovènes qui pour l’occasion faisaient cause commune avec les belges) s’égosillaient pour encourager leur équipe. Autour de l’écran géant qui retransmetait la rencontre l’ambiance était électrique. Les filles belges ont enfin réussi à imposer leur jeu et toute l’action s'est déroulée dans les goals adverses. Malheureusement, deux interventions intempestives des arbitres subaquatique ont entamé l’élan de l’équipe qui n'est plus parvenue à 5 contre 6 à concrétiser leurs belles actions en les clôturant par des goals. Fort opportunément, les espagnoles ont profité de l’inexpérience des belges pour marquer 2 goals sur des contre-attaques cinglantes dans les dernières minutes de jeu. Le match s'est clôturé à l’avantage des espagnoles. Mais les belges peuvent être extrêmement fières de ce jeu et de leur progression tout au long de cette compétition. Il est certain que l’équipe peut cultiver quelques regrets mais l’ambiance haletante digne d’une finale qui régnait autour du bassin durant et à l’issue de ce match aura mis du baume au cœur de chacune des joueuses belges.

 

Conclusion et classement final :

En conclusion, cette compétition s’est avérée extrêmement positive pour les filles belges qui non seulement pour une première participation à une compétition de ce niveau auront progressé tout au long de la compétition mais encore auront acquis une expérience essentielle pour le futur. Face à des nations qui pour certaines d'entres elles pratique le HSA depuis plus de vingt ans, la Belgique n’a pas à rougir de son résultat et de sa progression.

Position

 Pays

 

1

France

 

Turquie

 

Espagne

 

4

Belgique

 

 

Résultats :

Date

Pays 1

Score 1

Score 2

Pays 2

31/07/2007

 

Espagne

10

2

Belgique

 

31/07/2007

 

Turquie

9

2

Belgique

 

01/08/2007

 

France

18

0

Belgique

 

02/08/2007

 

Espagne

8

2

Belgique

 

02/08/2007

 

France

17

0

Belgique

 

03/08/2007

 

Turquie

12

0

Belgique

 

04/08/2007

 

France

17

0

Belgique

 

04/08/2007

 

Espagne

6

3

Belgique

 

 

APPRECIATION DE L'EVENEMENT CMAS GAMES PAR LA TEAM MANAGER DE L'EQUIPE FEMININE

Le bilan de cette compétition pour l’équipe féminine peut être exposé de la manière suivante:

Face aux moyens mis en place par les autres fédérations tels que la FFESSM, la FEDAS et la fédération turque pour leurs joueuses et l’encadrement de celles-ci, les responsables belges devront faire encore plus d’efforts pour pouvoir lutter à armes moins inégales contre ces fédérations géantes aux regards de la plus modeste fédération belge. Il n’en reste pas moins que l’équipe féminine tient à remercier Roland Vancoillie pour le temps et l’énergie qu’il a consacré à l’équipe durant ces Jeux Mondiaux. Mais comment Roland avec toute la bonne volonté du monde aurait-il pu concurrencer le service rendu par le staff technique de la fédération turc, par exemple, qui armé de talky-walky organisait les moindres déplacements des équipes turques? Ou avec les kinés qui accompagnaient cette même délégation et qui prodiguaient leurs soins à leurs joueuses à l’issu de chaque rencontre?

En termes d’arbitrage, il faudrait parvenir à investir des moyens pour ne plus être à la merci de grandes nations telles que la France et l'Espagne qui trop sûres de leur savoir ont commis de trop nombreuses erreurs tout au long de cette compétition. Il va de soit que nous remercions comme il se doit tous les arbitres bénévoles qui ont consacrés leur temps et leurs vacances à nos Jeux. Mais à l’avenir il faut impérativement mettre en place un système qui permettent de responsabiliser les arbitres et de leur conférer un surcroit d’autorité qu’ils devraient plus à leur savoir qu'à des comportements qui peuvent, parfois, être perçus comme étant abusifs. Il en va de la survie de ce type de compétition.

En termes de coaching, comparé au Championnat d’Europe à Marseille en 2005, l’équipe belge était mieux organisée. Elle n’était plus face à elle-même, seule dans l’organisation et la préparation des matches. A Bari, un coach et un encadrant les accompagnaient, ce qui constitue une nette amélioration positive. L’équipe féminine a eu la chance d’être soutenue par Bruno Leger (coach de l’équipe du Chesnay en France) qui a fait un très bon travail au cours de l’année 2006 (qu’il en soit ici à nouveau remercié). L’équipe a également eu la chance de pouvoir avoir recours aux services d’Eryl Adams (joueur phare de l’équipe de Grande-Bretagne) qui en fonction du temps qui lui a été imparti a accompli un travail remarquable et multilingue avec les filles belges (ce qui comme on le sait est essentiel en Belgique contemporaine).

En terme d’entraînement, il est essentiel de construire sur le long terme en Belgique, de former sans relâche et d’attirer sans cesse de nouvelles joueuses, de profiter des moyens investis et mis en place à notre avantage, de continuer à sillonner l’Europe (aux frais des joueuses) afin de s’aguerrir et de pouvoir espérer rattraper les équipes qui nous devancent. Peut-être devrions nous nous inspirer des joueuses espagnoles qui ont fait précédé leur campagne mondiale par une semaine d’entraînement en altitude qui leur à permis d’être extrêmement offensives dés le début de la compétition.

Pour finir, il est à noter que le simple fait de prendre part à cette compétition dans le contexte actuel troublé du monde du Hockey Subaquatique est déjà  un succèsen soi. Qui sait, quelles auraient pu être les résultats de l’équipe féminine belge face, par exemple, aux joueuses hollandaises, italiennes, tchèques, allemandes, hongroises ou serbes entre autres, si celles-ci avaient pris part à la compétition ? La Belgique peut être fière du quatrième rang qu’elle occupe au terme des Jeux Mondiaux de Bari. 

Sophie Alderweireldt
Août 2007